mercredi 22 novembre 2017

Les atypiques

Voici un lien pour accéder à la conférence de  Isabelle Pailleau et Audrey Akoun fondatrices de La Fabrique à Bonheurs qui ont écrit un nouveau livre vive les Zatypiques.
WEB Conférence sur l'atypisme

Un résumé de la conférence, c'est par ici 
Les atypiques ? C'est quoi c'est qui ? N'est-on pas tous atypiques ? Eh bien non, atypique c'est qui n'est typique, ne correspond pas à une norme donnée. On est tous unique, extraordinaire mais pas forcément atypique.
Isabelle Pailleau et Audrey Akoun fondatrices de La Fabrique à Bonheurs ont écrit un nouveau livre vive les Zatypiques. Quand on parle d'atypique, il s'agit des enfants, ado, adultes; avec des troubles des apprentissages (dys), les TDA-(H), les hauts potentiels, les artistes, les comiques, les sportifs de haut niveau, en résumé ceux qui ne rentrent pas dans le moule (pour ne pas devenir des tartes ??) de l'école, de la famille.
La norme qui permet de qualifier certaines personnes d'atypique peut être aidante, car elle permet un accompagnement quand on découvre un décalage, notamment dans les troubles dys. Malheureusement, le plus souvent la norme est jugeante, enfermante, on aimerait que la personne entre dans le cadre, on la compare, on lui demande de faire des efforts, d'y mettre de la bonne volonté, les autres y arrivent alors elle aussi peut le faire !
Des atypiques tout le monde en rencontre, ils représentent environ 1/5 de la population.
Le point commun de toutes ces personnes si différentes est l'hypersensibilité.
L'hypersensibilité est un fonctionnement neurologique, elle induit une différence dans le traitement de l'information donc de comment l'enfant se perçoit lui-même (son estime de soi qui engendre la confiance en soi) et sur le plan relationnel avec l'école, les amis, la famille de comment il entre dans les apprentissages.
On retrouve 3 caractéristiques dans le fonctionnement de l'hypersensibilité:

- L'exacerbation des sens appelée hyperesthésie. 1 ou plusieurs sens sont très stimulable rapidement et facilement. Par exemple, une étiquette dans le pull qui gratte systématiquement, un habit pas assez doux avec des pluchons. Impossibilité de manger certains aliments à cause de la texture. Ne supporte pas le bruit...
- L'hyper réactivité émotionnelle face à l’hyperesthésie provoque un tsunami émotionnel. L'enfant pique une crise, sa réaction devient volcanique, théâtrale digne d'un des plus grand joueur de foot ou à l'opposé l'enfant se referme comme une huître et on ne peut plus l'atteindre. L'enfant atypique a beaucoup de difficultés à apprivoiser ses émotions.
- Le traitement profond et complexe de l'information qui provoque de l'anxiété, de la difficulté à faire des choix. Cela peut paralyser l'action, car l'enfant envisage toutes les possibilités de ses choix, a-t-il pris la bonne décision. Ce n'est pas parfait comme il aimerait, il imagine que les autres attendent plus ou autre chose de lui. Sa pensée par dans tous les sens en arborescence une idée en amenant une autre. Ce traitement en profondeur demande du temps, cela induit de la lenteur. L'enfant a besoin de temps avant d'entrer dans une activité, dans la relation avec autrui. Il n'aime pas les transitions trop rapides, les changements.
Ces personnes sont un plus pour la société, elles ont une très grande empathie, un désir d'aider les autres. Elles deviennent ces belles personnes grâce à un accompagnement bienveillant de leur famille qui devrait être leurs premiers supporters, du jardin d'enfants, de l'école. Chaque maillon de la chaîne devrait contribuer à leur apprendre à apprivoiser leur atypisme afin de les rendre bien dans leurs baskets !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire