lundi 20 janvier 2014

Surmonter la toute puissance de son enfant

 Un article de Arielle Adda paru dans le journal des femmes, le 19/11/12


"Voilà un jeune enfant d’environ 3 ans qui commence à piquer des colères d’une violence impressionnante à la moindre contrariété, qui hurle et se roule par terre s’il a le sentiment d’être frustré, qui se transforme en un bloc massif de bouderie obstinée si on ne cède pas à ses caprices.
Si cet enfant se montre particulièrement doué pour le langage, ses parents sont pris dans un engrenage de négociation où ils ont rarement le dessus. Avec une logique imparable, leur enfant, toujours si pertinent dans ses propos, leur démontre qu’ils ont tort de lui imposer certaines règles, comme de se coucher tôt par exemple, de lui appliquer des contraintes, telles que faire sa toilette ou manger des légumes : lui sait mieux que personne ce qui lui convient et une obligation imposée par la force perd sa vertu dira-t-il avec une conviction assez forte pour ébranler les notions d’éducation les mieux ancrées.
En fait, cet enfant obstiné refuse d’envisager qu’il puisse perdre le pouvoir qu’il exerçait tout naturellement quand, bébé, il voyait ses moindres désirs satisfaits aussi vite que possible : la faim, le froid, un quelconque inconfort provoqué par un incident, le désir d’un câlin même, tout rentrait dans l’ordre dès qu’il avait signalé son malaise....."

l'article c'est par ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire